« Camille des codes » ou « Camille décode » ?!

Je n’ai jamais aimé mon prénom.

Pourquoi ? Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que je l’ai tellement haï que j’en ai voulu pendant longtemps à mes parents de m’avoir appelée comme ça (vidéo : le prénom).

Camille ?! Camille ! Sérieusement ?!!! C-A-M-I-L-L-E !!!!!! On n’appelle pas un enfant « comme moi » C.A.M.I.L.L.E !

Selon moi, mon prénom laissait croire au reste du monde que j’étais une petite fille sage, polie et lisse … alors que je me pensais anticonformiste, fun et rock’n’roll (l’Histoire démontrera plus tard que j’étais au Rock’n’roll ce que le shampoing est à Nabilla). 

Camille, c’est un prénom dans lequel je me sentais à l’étroit et, comme tout le monde le sait (ou l’apprendra), il n’y a rien qui m’effraie plus que « les cases ». Bref, je le reconnais : j’ai été pendant longtemps « claustrophobe de mon prénom ».

J’ai assuré à mes parents que je serai un bien meilleur parent qu’eux dès le jour de la naissance de mon enfant. Dans ma tête, les choses seraient simples : « quand je serai vieille, à 20 ans, j’aurai deux garçons, des jumeaux (parce que bien sur, Camille est plus forte que les lois de la nature et décide du nombre et du sexe de ses enfants) … et je les appellerai Mickaël et Jordan (oui … oui … en référence au Basketteur). MOI AU MOINS, je saurai choisir un prénom et EUX AU MOINS, ils grandiront toute leur vie avec des prénoms stylés que tout le monde leur enviera.

 

Puis, j’ai eu 20 ans.

Je n’ai pas eu de garçons.

Je n’ai pas eu de jumeaux.

Je n’ai (heureusement) jamais concrétisé mon projet Mickaël – Jordan.

 

J’ai remis mes problèmes de prénom à un jour lointain .. quand je serai TRES vieille.

Mais ce jour lointain est finalement arrivé plus vite que prévu. Car oui ! « Le plus beau jour de ma vie » (c’est ce qu’ils disent) est arrivé en 2015, lorsque j’ai décidé de créer ma chaine de droit et de me lancer sur youtube (si tu veux savoir comment j’en suis arrivée là, clique juste ici!!). L’idée était là, le concept aussi … mais il fallait trouver un nom. Et cette difficulté je ne l’avais pas DU TOUT anticipée.

 

Finalement …

J’étais vieille.

Je mettais au monde mon premier enfant.

Il était seul, n’aurait pas de jumeau et moi, j’étais une mère perdue.

 

D’un seul coup, j’ai réalisé qu’il fallait que je porte la responsabilité de donner un nom à « quelque chose » qui n’existait pas encore ; « quelque chose » que je ne connaissais pas encore … mais « quelque chose » que j’aimais déjà et que je voulais intemporel et éternel.

Il y avait tellement de possibilités : prénom simple ? composé ? étranger ? phrase ? point ? sigle ? langue des signes ?!!!

J’ai alors repensé à mes parents : comment avaient-ils fait ?!!! Quel était leur secret ?!!! Bien entendu, il était hors de question que je les appelle ! Après avoir dénigré mon prénom pendant tellement de temps … les appeler pour leur demander conseil serait revenu à reconnaitre ma défaite … et Camille n’échoue (évidemment) jamais.

 

« TOUT EST DANS LE SCHEMA HEURISTIQUE »

L’hypothèse de « l’appel à un ami » ayant été évincée, j’ai alors fait ce que je sais le mieux faire : j’ai pris une feuille ; un crayon et j’ai écrit (j’aurai l’occasion de revenir sur mes talents de dessinatrice). Dans mon imaginaire ; j’allais avoir un Eclair de génie (les lecteurs avertis comprendront…). Après tout (mes étudiants le savent) : T-O-U-T EST DANS LE SCHEMA H-E-U-R-I-S-T-I-Q-U-E ! Problème : j’ai fait des feuilles et des feuilles et des feuilles … pendant des jours … des jours … mais je n’ai jamais rien trouvé ! Je cherchais « THE nom » et il était hors de question que mon « quelque chose chose à naitre » ait un prénom cliché, ringard ou ridicule (Camille du droit ? Camille des droits ? Comprendre le droit ? Tous mes droits ? Accès droit ?! N-E-V-E-R !!!!). Il devait avoir le prénom auquel il était prédestiné et jusque là, son destin s’annonçait assez sombre !

L’ambition était grande et les idées manquaient. J’ai donc déprimé … puis abandonné ma recherche de prénom, mettant tous mes espoirs sur une fulgurance prochaine ! A partir de là, j’ai continué mes snaps juridiques sous mon identité personnelle … et mon projet youtube a stagné. Sans ce prénom, je n’arrivais pas à me projeter ou à le faire exister. Sans prénom, il m’était impossible de savoir exactement quelle posture je voulais adopter !

 

Les mois sont passés.

 

Et puis .. il y a eu cette soirée.

 

« JE FETE LA MUSIQUE TOUS LES JOURS, SAUF LE JOUR DE LA FETE DE LA MUSIQUE »

Cette soirée fait partie des soirées dont tu te souviens tant elles sont une succession de choses qui n’auraient pas du se produire. C’était le jour de la fête de la Musique … et je n’ai pas pour habitude de « faire » la fête de la Musique… Ou plutôt; je n’aime pas vraiment l’idée qu’on m’impose d’aimer ou de fêter la musique tel ou tel jour. Je fête donc la musique tous les jours de l’année, sauf le jour de la fête de la musique.

  • ETAPE 0 : je suis invitée à « fêter la musique ». Je refuse.
  • ETAPE 3 (j’ai passé la 1 et 2 pour cause d’inutilité) : j’atteris finalement dans les jardins du Ministère des Relations en charge avec le Parlement pour « fêter la musique ». (oui oui c’est un Ministère qui existe en France).
  • ETAPE 4 : j’assiste à une représentation de BREAK(dance) sur un opéra de Carmen.
  • ETAPE 5 : je meurs de honte et ai une pensée émue pour tous les danseurs de Break de France et du monde entier. Je refuse d’être assimilée à un tel évènement. Je veux rentrer chez moi (et vite).
  • ETAPE 6 : je réalise que c’est peut-être la seule occasion qui me sera donnée de rentabiliser mes impôts, en mangeant une grande partie des petits fours offerts.
  • ETAPE 7 : je reste.
  • ETAPE 8 : je mange des petits fours avec ma copine D. (tu peux aller voir sa chaine youtube en cliquant ici) ! D. boit du champagne, moi non (oui c’est important).
  • ETAPE 9 : on regarde les enfants mal élevés courir dans les jardins du Ministère. On se promet qu’on sera de meilleures mères ! D. boit toujours du champagne, moi non (re-précision toujours hautement importante).
  • ETAPE 15 (je saute les 10-11-12-13-14 qui ne sont pas intéressantes) : sur proposition de (qui a proposé ça d’ailleurs?!!!!), on atterit tous « Chez Georges » (googlize Chez Georges – Paris … et tu comprendras ma douleur!).
  • ETAPE 16 : je refuse de danser sur « Sous le sunlight des tropiques » (est-ce vraiment le nom de ce tube ?! Peu importe!!! Ce qui est certain c’est que je reste assise). On me dit que c’est surprenant que je ne danse pas « pour une noire ».
  • ETAPE 17 : je (re)meurs. D. elle, boit toujours du champagne.
  • ETAPE 18 : il est (enfin) l’heure de rentrer !!! Une fois en voiture … j’explique la gravité du cliché du « surprenant que tu ne danses pas ; pour une noire » et que ça pourrait faire l’objet d’une vidéo sur ma future chaine youtube ! J’en viens à parler de mon projet de chaine et de ma difficulté à trouver un nom. D. (qui ne boit plus de champagne mais a surement quelques restes), s’écrie « mais trop bien !!!! C’est « Camille des Codes… qui décode » !!! Mais meuf … tellement canon ton concept!!! ».
  • ETAPE 19 : T’AS DIT QUOI LA ????
  • ETAPE 20 : « Camille des codes » … « Camille décode » ! Tellement drôle j’ai fait un jeu de mots !!!
  • ETAPE 21 : je tombe amoureuse de l’idée. Voilà le coup de foudre que j’attendais. Les gens disaient donc vrai ! Le coup de foudre arrive à un moment où tu ne t’y attends pas … dans un lieu où tu ne t’y attends pas … après une soirée « fête de la musique au Ministère – chez Georges – sous les sunlight des tropiques » à laquelle tu ne t’attends pas !

BREF ! Ca m’arrivait enfin ! A moi : C-a-m-i-l-l-e (finalement … il est pas si mal ce prénom) !!! Je tombais amoureuse … d’un nom ; DU NOM … qui contenait mon propre prénom (que je suis censée détester) mais que je dissociais complètement de ma personne !!! Finies les craintes, les angoisses, les peurs, les hésitations. A l’instant où je l’ai entendu, j’ai su que c’était lui !!! C’est ça !!! C’est le bon !!! Je ne savais pas si mon « quelque chose à naitre » aimerait son nom et si comme moi, il m’en voudrait à l’adolescence de l’avoir déterminé ainsi … mais c’était plus fort que moi. Je savais désormais que mon projet ne pourrait pas s’appeler autrement.

 

Ce jour là, je suis devenue « Camille décode ».

 

****

Merci Papa.

Merci Maman.

Merci la Fête de la musique.

Merci Georges.

Et bien entendu …

Merci à toi, D.❤️

 

Partager:

5 Commentaires

  1. 19 octobre 2017 / 08:59

    Moi j’aime mon premier, deuxième et troisième prénom parce que je suis classe, ils le sont eux aussi. Bref j’etais faite pour m’appeler comme ça !

    Mais donc si vous aviez pu choisir votre prénom vous auriez mis quoi à la place de Camille ??

    • Camille décode
      19 octobre 2017 / 09:24

      Je me contentais de critiquer … sans rien proposer !
      Oui … j’étais une mauvaise juriste à l’époque 😉

      • 19 octobre 2017 / 23:13

        Pff c’est pas drôle 😒.

        Je suis sûre qu’en vrai vous en aviez trouvé un autre, vous voulez juste pas le dire 😂😂

  2. Karen Noblinski
    19 octobre 2017 / 09:53

    Super article !

  3. Laetitia
    19 octobre 2017 / 09:57

    Je sais que c’est très subjectif mais comment as-tu fait pour détester ton prénom ?! Je connais tellement de Camille !! Elles sont vivantes, drôles, pestouilles par moment, fidèles en amitié, honnêtes, franches, espiègles. Une Camille se remarque toujours, elle marque les esprits. Je me souviens de toutes les Camille que j’ai connu. Récemment j’ai même pensé à appeler (un jour peut être) ma fille comme ça.

    Quand j’ai découvert « camilledecode » je me suis dit « c’est une Camille … Ça va être génial » ! Non ce n’est pas une étiquette ou une case, car chaque Camille est différente, chaque Camille est unique, une chose est sûre : on n’oublie pas une Camille (je pense particulièrement ici à une Camille qui m’étais chère et qui est partie trop tôt …) !

    Bref ! Tes parents ont bien fait, et tu as bien fait de mettre aussi ton prénom à l’honneur dans « camilledecode » même si c’etait peut être pas le but initial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *